La chirurgie bariatrique est un type de chirurgie consistant à restreindre l’absorption des aliments, diminuant, de fait, l’apport calorique journalier : elle apporte un remède chirurgical à l’obésité. La chirurgie de l’obésité n’est pas une chirurgie esthétique. Toutes techniques confondues, 40% à 50% des patients regrossissent à moyen et long terme. La faute principalement au manque de suivi, en particulier psychologique comme le dénoncent l’Académie nationale de chirurgie et le Collectif National des Associations d’Obèses.

La chirurgie bariatrique, ou chirurgie de l’obésité, regroupe un ensemble de techniques qui modifie l’anatomie du système digestif.

Elles peuvent être classées en deux types principaux d’interventions :

  • les techniques restrictives visent à réduire la capacité gastrique, c’est-à-dire le volume utile de l’estomac, et/ou, à réduire la vitesse de vidange de l’estomac afin d’obtenir un sentiment de satiété plus rapidement :
    • l’anneau gastrique ajustable,
    • la gastroplastie verticale calibrée, bandée par agrafage (de moins en moins pratiquée),
    • la gastrectomie longitudinale (sleeve) ;
  • les techniques mixtes associent à cette restriction gastrique la création d’un système de dérivation dans le tube digestif afin de diminuer l’absorption des éléments nutritifs par l’intestin (malabsorption) :
    • le by-pass gastrique (ou court-circuit gastrique)

 

Un tel changement affecte nécessairement la personne opérée d’un point de vue psychologique. Avant l’opération, le patient doit prendre conscience de la démarche qu’il entreprend et des conséquences qui en résultent. Il doit comprendre la raison de ses déviances alimentaires, afin de mieux les contrôler, et remonter progressivement dans son histoire alimentaire et pondérale. L’analyse des enjeux psychologiques est souvent révélatrice de certaines causalités. Il est également important que le patient, ainsi que son entourage, puisse arriver à concevoir les changements qui vont littéralement bouleverser l’image de son corps et la position identitaire. C’est en cela que des entretiens post-opératoires sont importants dans le but d’aider la personne opérée à mieux s’adapter psychologiquement à tous ces changements.

L’une des raisons pour lesquelles la chirurgie de l’obésité échoue est l’insuffisance de la prise en compte des facteurs psychologiques avant et après l’opération, et notamment de la qualité du suivi. Les chances de réussir à moyen et long terme sont maigres si les causes psychologiques à l’origine de la maladie, ne sont pas également traitées. Plus la préparation psychologique en pré-opératoire a été travaillée, en prenant le patient dans son ensemble, avec son histoire et son vécu, plus les chances de succès en postopératoire après une chirurgie de l’obésité et à long terme sont élevées. Le patient devient alors acteur de sa pathologie. Une thérapie -en posant des mots sur une souffrance- l’apaise. Le patient passe alors un contrat avec lui-même. La chirurgie bariatrique devient le point de départ d’une nouvelle approche de sa personne. C’est un starter, pour commencer à dominer ses pulsions et à réfléchir pour manger moins.

 

N’hésitez pas à contacter des professionnels en cas de besoin. Centre de psychologie Gilliotte, 22 rue Guillaume Tell, 90000 BELFORT, 07 87 06 56 05.