On nous vante souvent l’importance de bien dormir pour être en forme, tant physiquement que mentalement. A raison ! Avoir une bonne routine sommeil est en effet primordial pour être en bonne santé. Parfois considéré comme une perte de temps, dormir est nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme et à la bonne régénération des cellules. Le corps, durant la nuit, fonctionne au ralenti. On observe un ralentissement de la respiration, du rythme cardiaque, de la tension musculaire et artérielle : en général, un ralentissement global du métabolisme. L’organisme produit également de nouvelles cellules pour remplacer les cellules mortes.

Quant au cerveau, il profite de la phase de sommeil pour « trier » les informations qu’il a reçu tout au long de la journée. En effet, on assimile ce qu’on a appris durant la journée pendant la nuit. De ce fait, mauvais sommeil est synonyme de mauvaise assimilation des informations. De plus, mal dormir à des conséquences sur la concentration et sur l’apprentissage. En dormant mal ou pas suffisamment, vous serez facilement distrait et aurez plus de difficultés à rester concentré sur une tâche. Manquer de sommeil provoque en outre irritabilité, impatience, fatigue…

 

Le cycle du sommeil est divisé en quatre stades différents :

  • l’endormissement
  • le sommeil lent léger
  • le sommeil lent profond
  • le sommeil paradoxal qui termine le cycle

La période de sommeil se découpe en plusieurs cycles. Chaque cycle dure approximativement 90 à 120 minutes. Les cycles s’alternent tout au long de la nuit et leur importance varie. Les débuts de nuit sont souvent dominés par la phase de sommeil lent profond, et les fins de nuit par le sommeil paradoxal.

En début de nuit, on trouvera une majorité de stade lent profond et en fin de nuit, une majorité de stade paradoxal.

L’endormissement

La respiration devient plus lente, les muscles se relâchent, la conscience diminue. Durant ce stade de demi-sommeil, les muscles peuvent montrer de petites contractions, souvent avec l’impression de tomber dans le vide.

Le sommeil lent léger, stade 2

Le sommeil lent léger, comme son nom l’indique, n’est pas très profond et il représente en principe 50% du temps de sommeil total. Il est encore facile de se réveiller à ce moment, un bruit ou une lumière suffisent, mais la personne se souvient avoir dormi. Durant cette sous-phase, les activités oculaire et musculaire se réduisent.

Le sommeil lent profond, stade 3 et 4

Le dormeur est isolé du monde extérieur par le sommeil. Il est difficile de le réveiller durant cette phase. C’est le moment du cycle où l’on récupère de la fatigue physique accumulée. Il s’agit d’une phase très importante car tout l’organisme est au repos et récupère. Le cerveau émet des ondes lentes et amples. Il représente environ 20% du sommeil total.

Le sommeil paradoxal

Cette phase est appelée « paradoxal » car l’individu présente simultanément des signes de sommeil très profond et des signes d’éveil (le visage présente des expressions, la respiration est irrégulière et l’activité cardiaque est élevée). Ces signes d’éveil sont la conséquence d’une parasomnie ou le plus souvent d’un phénomène nocturne mystérieux: le rêve.
Le rêve peut se produire également, dans une moindre mesure, pendant la phase de sommeil profond mais il sera moins élaboré et on ne s’en souviendra pas.
Cette phase représente environ 25% du temps de sommeil total.

 

sources : http://www.cenas.ch/le-sommeil/comprendre-le-sommeil/phases-du-sommeil/

Pourquoi le sommeil est-il si important pour l’organisme ?