Encoprésie de l'enfant

Entre 1 et 4% des enfants peuvent être touchés par l’encoprésie. Cette maladie est une émission régulière de selles, qui sont formées, ou semi-formées, dans les sous-vêtements de l’enfant, ou dans des endroits dits « inhabituels » comme sur le sol, par exemple.

Mécanisme de l'encoprésie chez l'enfant

Volontairement, l’enfant va se retenir d’aller à la selle. Il cesse de vouloir aller aux toilettes ou sur le pot. C’est alors que son rectum se remplira et ainsi, créera des fuites provoquées par le débordement. Alors que l’enfant ressentira l’envie d’aller à la selle, il se retiendra de manière consciente. C’est par l’effort de retenue que la stagnation des selles se fera. L’évacuation se fera par conséquent en différé.

 

Le rectum s’habitue à se remplir de volumes de plus en plus importants. Les fuites de selles moulées ou semi-formées vont se produire dès lors que l’enfant relâchera son attention.

 

L’encoprésie se déclare souvent chez l’enfant par une constipation. La constipation est non pathologique, et elle n’explique en rien la retenue des selles de manière volontaire, dans son rectum.

 

Effets cliniques de l'encoprésie

Plus souvent se seront des garçons alors âgés entre 6 et 10 ans qui seront atteints de l’encoprésie. Soit l’enfant n’a jamais acquis la propreté et le contrôle de sa défécation, et nous parlons d’encoprésie primaire. Ou les symptômes peuvent arriver alors que l’enfant a été propre pendant plusieurs mois ou même années, et nous parlons d’encoprésie secondaire. Dans certains cas, la pathologie peut résister bien après l’adolescence, à l’âge adulte, où les fuites de selles seront toujours présentes.

 

L’enfant relâchant son attention souvent lorsqu’il joue ou lors d’exercices physiques, les fuites surviennent le plus souvent dans ces moments.

 

Les fuites peuvent se produire la nuit, mais elles surviennent plus généralement en journée. L’enfant ne semble pas être gêné par ses fuites, même s’il est actif et bien portant.

 

Les fécalomes (selles qui ont durci) peuvent créer des suintements de selles liquides. C’est dû à l’irritation du rectum qui est trop rempli par les selles. Souvent les parents les confondent avec de la diarrhée, à cause de la consistance liquide et du fait que ce soit involontaire.

 

L’enfant peut se plaindre de ballonnements abdominaux, de constipation, de douleurs abdominales.

Il ne s’agit pas d’une maladie neurologique, car le plus souvent, l’enfant va contrôler ses urines. Dans certains cas, l’enfant n’ira aux toilettes qu’une fois par mois pour la selle.

 

Faire diagnostiquer l'encoprésie

Faire consulter son enfant auprès d’un médecin aura comme objectifs :

  • de diagnostiquer l’encoprésie, qui est une anomalie fonctionnelle, et d’éliminer d’autres cas d’incontinence qui eux peuvent nécessiter traitements ou même intervention chirurgicale à l'instar de certaines maladies congénitales, comme la très rare maladie Hirschsprung, et qui pourrait se présenter comme une encoprésie.
  • Permettre d’évaluer la gravité de la maladie.
  • Permettre d’orienter les parents sur la cause psychologique possible, et qui sera essentielle pour faciliter la guérison chez son enfant.

Lors de l’entretien et de l’examen, les parents de l’enfant seront présents. L’entretien va permettre de déterminer les antécédents familiaux, la composition familiale, d’éventuelles difficultés intellectuelles, la prise en charge de l’enfant dans son quotidien, les conditions d’apprentissage de la propreté etc… L’enfant souvent minimise la gravité du problème et son retentissement sur ses activités. Le médecin notera également la fréquence des changes et toilettes.

 

L’examen permettra au travers de l’abdomen, de sentir au travers de la paroi les selles dures qui pourraient encombrer le colon.

 

L’examen est fait sur l’enfant, seulement s’il est consentant et rassuré. Cet examen permettra d’éliminer une éventuelle malformation anale ou génito-urinaire.

 

Votre médecin déterminera les pistes possibles de difficultés psychologiques, pour nous transmettre, à nous, psychologue ou psychiatre. Afin que nous puissions commencer notre travail de recherche des causes psychologiques.

 

Cause de l'encoprésie chez l'enfant

L’enfant va souvent utiliser l’encoprésie comme un mode de communication avec son entourage. Mais les causes de l’encoprésie sont doubles. Souvent elle associe des facteurs psychologiques à une constipation. Dans certains cas, il n’y a aucune cause psychologique. La maladie peut être passagère et due à une constipation qui a créé une fissure anale, due au passage d’une selle un peu plus dure ou difficile que d’habitude.

 

Les causes psychologiques peuvent être secondaires, et liées à différentes étapes : erreurs lors de l’apprentissage de la propreté, mise au pot trop précoce, parents obsessionnels ou au contraire, absence d’accompagnement à cette période.

 

Les causes peuvent être psychiques : carence affective, traumatisme psychologique ou physique, difficultés dans le couple, etc…

 

Traiter l'encoprésie

Première étape : traitement de la constipation. Ce traitement va permettre de ramollir les selles et d’aider à les évacuer en les rendant moins douloureuse pour votre enfant. Votre enfant devra suivre un régime alimentaire riche en légumes, fruits, fibres. Le régime ne devra pas être trop strict, pour éviter la source de conflit supplémentaire avec les parents.

 

Dans la plupart des cas, les traitements par suppositoires ou lavement seront évités. Sauf si vraiment nécessaire. Pareil, c’est pour éviter d’être mal vécu par l’enfant.

 

Parce que très constipés, la plupart du temps, les doses de laxatifs oraux sont souvent fortes. Le traitement des enfants qui vont à la selle moins d’une fois par semaine est souvent plus compliqué. Ces traitements sont poursuivis plusieurs mois, et après la guérison, souvent prolongé.

 

Si votre enfant a des fissures, votre médecin prescrira des soins locaux avec savons doux et pommade cicatrisante.

 

La prise en charge psychologique peut dans certains cas se régler juste par la parole auprès de votre médecin généraliste. Les consultations permettront d’éliminer les maladies graves et rassureront enfant et parents. Lors de ces consultations, le médecin expliquera également les mécanismes des fuites, la nature volontaire de l’effort de retenue. L’enfant, en situation de confiance, sera amené à admettre que souvent, lorsqu’il ressent l’envie et le besoin d’aller à la selle, mais qu’il se retient volontairement, jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

 

Si la prise en charge simple se solde par un échec, consultez-nous. Plus l’âge de l’enfant est important, et plus les symptômes de la maladie peuvent persister.

Écrire commentaire

Commentaires: 0