Violences conjugales : Un homme sur cinq victime de violences conjugales.

La violence n'a pas de genre. Plus de 70 000 hommes sont victimes de violences conjugales chaque année en France. Une réalité occultée, qui laisse les individus concernés sans prise en charge.

La violence envers les hommes, un tabou?

Alors que le gouvernement d’Edouard Philippe a annoncé le 25 novembre dernier une série de mesures pour lutter contre les violences envers les femmes, celles envers les hommes restent souvent silencieuses, car nettement moins nombreuses. Aujourd’hui, les violences conjugales envers les hommes ne représentent que 11% des cas de violences conjugales selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRR).

Le cas des hommes battus est difficile à comprendre dans le fait que l'on a pour habitude de penser que la violence résulte de celui qui a une plus grande force physique. Beaucoup d'entre eux n'ont pas le courage d'aller porter plainte de peur d’être jugé par les autres, peur de subir des moqueries, d’être la risée de son entourage. Tout autant que les préjugés, les hommes victimes de violence regrettent le manque d’information à disposition pour sortir de ces situations.

Les chiffres :

Dans le cadre d'une enquête de l'Institut national de la statistique avec le ministère de l'Intérieur et l'Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale les données peuvent surprendre car entre 2011 et 2018, 28% des personnes de 18 à 75 ans disant avoir été maltraités par leurs conjoints étaient des hommes. Parmi eux ils étaient 75000 à exposer avoir subi des attaques physiques, 4000 des atteintes sexuelles et 3000 les deux.

 A peine 3% des hommes victimes de violences conjugales portent plainte.

Pour plus d’informations, pour en parler ou parce que vous souhaitez un accompagnement, contactez-nous.

Des groupes de paroles ou une prise en charge individuelle peuvent être possibles.

Écrire commentaire

Commentaires: 0